Tra­vaux d’é­tu­diants
Ces gros­sesses silen­cieuses
Quelle atti­tude la sage-femme adopte-t-elle en post-partum, dans le pro­ces­sus d’interactions mère-enfant, quand il y a eu déni de gros­sesse ?

Fan­ny LAMIDÉ et Aurore PROST
Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’état de sage-femme
Ins­ti­tut Supé­rieur d’En­sei­gne­ment Infir­mier à Bruxelles
Sous la res­pon­sa­bi­li­té d’Antoinette HUBERTY et Fran­çoise LION,
(Texte inté­gral en PDF)

(La pré­sen­ta­tion se fera dans le cadre de l’a­te­lier Prise en charge de la péri­na­ta­li­té)

« Une femme éprouve sou­dai­ne­ment de vio­lentes dou­leurs abdo­mi­nales, qu’elle attri­bue à la mau­vaise diges­tion d’un ali­ment. Quelques minutes plus tard, elle accouche d’un enfant à son domi­cile. A aucun moment, elle ne s’était aper­çue de son état de gros­sesse ». (BAYLE B., 2003)

Ce cas illustre de façon cari­ca­tu­rale ce que les cli­ni­ciens dési­gnent sous le terme de déni de gros­sesse.

Aujourd’hui encore ce symp­tôme est mal connu et le déni de gros­sesse est beau­coup plus fré­quent qu’on ne le pense.


Lire la suite…

Accou­che­ment à domi­cile, risque ou modèle ?
Cathy-Anne PIREYN-PIETTE
Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’état de sage-femme
Uni­ver­si­té Louis Pas­teur
Facul­té de méde­cine
École de sages-femmes de Stras­bourg
Direc­teur de mémoire : Michel IRRMANN
(Texte inté­gral en PDF)
(Dia­po­ra­ma Power­Point)

En France l’accouchement à domi­cile (AAD) est choi­si par une mino­ri­té de femmes et cette pos­si­bi­li­té est reven­di­quée par les asso­cia­tions de parents et les sages-femmes libé­rales qui le pra­tiquent.

Pour­tant cette option est pré­sen­tée comme à risque éle­vé par le per­son­nel hos­pi­ta­lier.

A tort ?


Lire la suite…

Uni­tés kan­gou­rou
Uni­tés kan­gou­rou : éva­lua­tion de l’unité Kan­gou­rou de l’Hôpital Mère-Enfant de Nantes
Marion ANDRIEUX
Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’état de sage-femme
Uni­ver­si­té de Nantes
UFR de méde­cine
École de sages-femmes
Direc­teur de mémoire : Ber­nard BRANGER
(Texte inté­gral en PDF)
Après la nais­sance, en 1979, en Colom­bie, du « soin Kan­gou­rou » (peau à peau), des­ti­né à pal­lier le manque de moyens dans les hôpi­taux, est né en France, en 1987, le concept des uni­tés Kan­gou­rou. Ayant alors pour but de rap­pro­cher la mère de son enfant lorsque celui-ci néces­site une sur­veillance juste après la nais­sance, ces uni­tés vont se déve­lop­per très pro­gres­si­ve­ment. Etant don­nées les consé­quences néfastes recon­nues de la sépa­ra­tion de la mère et de son enfant dans le post-partum, leur inté­rêt va même être recon­nu par les auto­ri­tés publiques.

Lire la suite…

Futurs parents cherchent sage-femme pour sui­vi glo­bal
Futurs parents cherchent sage-femme pour sui­vi glo­bal : quelles pos­si­bi­li­tés dans le sys­tème péri­na­tal actuel ?
Lucie DESPRÉS
Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’état de sage-femme
Uni­ver­si­té de Ver­sailles Saint Quentin-en-Yvelines
U.F.R Médi­cale Paris Ile-de-France – Ouest
Ecole de sages-femmes Jeanne Sen­tu­be­ry
Hôpi­tal de Pois­sy, BP 308, 78303 Pois­sy
Direc­trice de mémoire : Mme FLANDIN-CRÉTINON
(Texte inté­gral et pré­sen­ta­tion)
Les couples sont deman­deurs d’un accom­pa­gne­ment plus humain pour la nais­sance de leurs enfants. L’accompagnement glo­bal de la nais­sance peut être une réponse adap­tée à cette demande.Quelle place le sys­tème de san­té peut-il accor­der actuel­le­ment à ce type de sui­vi ?

Lire la suite…

Accom­pa­gne­ment glo­bal avec accou­che­ment à domi­cile en France de 1997 à 2001
Mathilde MUNIER
Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’état de sage-femme
Ecole de sages-femmes, UFR de méde­cine Cochin Port-Royal, Uni­ver­si­té Paris V
Cli­nique uni­ver­si­taire Bau­de­locque, 123 bou­le­vard de Port Royal, 75 014 PARIS
Direc­trice de mémoire : Jac­que­line LAVILLONNIÈRE, sage-femme libé­rale
(Texte inté­gral en PDF
His­to­ri­que­ment et dans toutes les cultures, les femmes ont accou­ché à domi­cile, assis­tées par des sages-femmes. Au milieu du ving­tième siècle, le lieu de la nais­sance s’est dépla­cé de la mai­son vers l’hôpital. Pour­tant aujourd’hui, quelques femmes sou­haitent encore don­ner la vie à la mai­son. Cette pra­tique s’intègre dans un accom­pa­gne­ment glo­bal de la mater­ni­té pro­po­sé par cer­taines sages-femmes libé­rales, qui n’est pos­sible qu’à la condi­tion d’effectuer une sélec­tion rigou­reuse des femmes sur des cri­tères médico-psycho-sociaux tout au long de la gros­sesse et de l’accouchement. Pour garan­tir une sécu­ri­té opti­male, l’association natio­nale des sages-femmes libé­rales a donc défi­ni une charte de l’accouchement à domi­cile.

Lire la suite…

Sage-femme et recherche, deux uni­vers qui se découvrent.
Anne CHANTRY
Mémoire de fin d’études pour le diplôme d’état de sage-femme
Uni­ver­si­té de Lille 2
École de sages-femmes du CNRU de Lille
Direc­trice de mémoire : Fré­dé­rique TEURNIER
(Texte inté­gral en PDF)
C’est parce que la sage-femme a des com­pé­tences tech­niques médi­cales, des com­pé­tences cli­niques et des com­pé­tences rela­tion­nelles dans les domaines pré, per et post-natal, que sa pro­fes­sion s’impose dans le sys­tème de san­té publique comme une clé de voûte de la péri­na­ta­li­té. Cepen­dant, pour pro­mou­voir un sys­tème de san­té publique tou­jours plus per­for­mant, ce sys­tème néces­site une remise en cause, a besoin de revoir ses acquis, ses pré­sup­po­sés et de se poser les bonnes ques­tions. Les sages-femmes sont au cœur de la péri­na­ta­li­té et s’imposent dans cette science comme des actrices incon­tour­nables, aus­si doivent-elles, elles aus­si, appré­hen­der cette dyna­mique de réflexion et s’intéresser à leur place dans la recherche dans ce domaine ?

Lire la suite…

 
   
 
 
  LE CIANE Ville de Chateauroux Conseil général de l'indre Région Centre Mutualite de l'indre