Le regard du nais­sant : la pre­mière ren­contre

Regard

(Same­di 23 à 15h15)

Lire le rap­port

Pré­si­dente : Andréine BEL, membre de l’AFAR

Inter­ve­nant :

  • Marc PILLIOT, pédiatre, cli­nique Saint Jean à Rou­baix, Pré­sident de L’ENVOL – Asso­cia­tion pour l’Accueil et Éveil du Nouveau‐né
Nous sommes dans un monde à trois dimen­sions. Il en est de même pour l’être humain qui est fait :
  • de soma­tique : c’est le domaine de la méde­cine moderne
  • de psy­cho­lo­gique et d’émotionnel : c’est le domaine des psy­chiatres, des psy­cho­logues, des psy­cha­na­lystes, et des Sciences Humaines en géné­ral
  • mais aus­si de spi­ri­tuel : c’est le domaine des reli­gions et, de façon plus géné­rale, c’est le domaine de la « recherche de sens ».

Avec le « pre­mier regard » du bébé nais­sant, nous sommes d’emblée dans ces trois dimensions‐là. Bien évi­dem­ment il faut un sup­port soma­tique qui s’est déve­lop­pé pen­dant toute la vie embryon­naire et fœtale, mais ce regard nous plonge brus­que­ment dans une très forte émo­tion et son inten­si­té touche le mys­tère, voire la spi­ri­tua­li­té. C’est un regard « fon­da­teur ». C’est pour cela que nous l’appellerons le « Pro­to­re­gard » (du grec prô­tos = pre­mier) pour signi­fier d’une part qu’il s’agit bien du pre­mier regard, et d’autre part que ce regard est dif­fé­rent de tous les autres qui vont suivre : les regards des jours qui suivent la nais­sance auront par­fois une forte inten­si­té, mais cela res­te­ra des regards d’attention, d’observation, d’étonnement et aucun n’aura la puis­sance de ce regard des pre­mières minutes où com­mencent les liens.

La venue au Monde reste un mys­tère. Il y a une nais­sance des corps qui est l’accouchement, et les pro­ces­sus phy­sio­lo­giques per­mettent une adap­ta­tion rapide, sou­mise à notre tem­po­ra­li­té. Mais, au‐delà de l’accouchement, il y a aus­si une nais­sance psy­chique et spi­ri­tuelle, nais­sance d’un être humain, d’une conscience, d’une pen­sée. Il y a pas­sage d’un monde intem­po­rel de glo­ba­li­té, de tota­li­té, d’harmonie ori­gi­nelle per­ma­nente à un monde de dis­con­ti­nui­té et de frus­tra­tions. Le pro­to­re­gard est une pas­se­relle entre ces deux mondes. Pour la maman, le pre­mier regard de son bébé crée un « élan mater­nel » indé­fec­tible. Pour le nouveau‐né, la ren­contre d’un autre regard humain l’humanise et le trans­forme en être de conscience et de pen­sée, en être de désir, tou­jours à la recherche de l’absolu ori­gi­nel. « La Vie com­mence avec le regard » pré­cise Amé­lie Nothomb dans « La Méta­phy­sique des tubes ». Appre­nons à res­pec­ter la phy­sio­lo­gie de la nais­sance pour ne pas para­si­ter ce moment pri­vi­lé­gié.

DISCUSSION DE CET ATELIER

Ressources


< Pré­cé­dent

Sui­vant >
 
   
 
 
  LE CIANE Ville de Chateauroux Conseil général de l'indre Région Centre Mutualite de l'indre