Dis­cus­sions autour des EGN2006

Quelle nais­sance demain
 

Le déclen­che­ment2006/06/17 21:48
Ici vous pou­vez dis­cu­ter de l’a­te­lier « le déclen­che­ment »

Pour pos­ter des mes­sages il faut être ins­crit sur le site, ce qui prend très peu de temps. Voir le bou­ton dans le menu à droite.

Mes­sage édi­té par : bel­ber­nard, à : 2006/07/31 16:05

| | Lec­ture uni­que­ment pour les non-membres.
Re:Le déclen­che­ment2006/06/29 16:41
Bon­jour,

Deux sujets à ne pas omettre lors de cet ate­lier « déclen­che­ment » :

LE DECOLLEMENT DES MEMBRANES :

Geste effec­tué lors de la der­nière visite men­suelle, ou lors de contrôles par moni­to­ring – accom­pa­gnées très sou­vent du sacro saint tou­cher vagi­nal.
C’est une mani­pu­la­tion effec­tuée par l’obs­té­tri­cien ou la sage femme. Il s’a­git de pas­ser un doigt dans le col, et de tour­ner a l’in­té­rieur, entre la paroi uté­rine et les mem­branes, de façon a « décol­ler » celle-ci. Ce geste est sou­vent dou­lou­reux voire très dou­lou­reux, par­fois bru­tal (col pas suf­fi­sam­ment ouvert qu’on « force ») accom­pa­gné de sai­gne­ments, indui­sant des spo­lia­tions san­guines par­fois durables … et de contrac­tions dou­lou­reuses qui sur­viennent dans les 24 heures qui suivent.

C’est une ten­ta­tive de déclen­che­ment arti­fi­ciel du tra­vail. En tant que telle, ce geste doit répondre aux impé­ra­tifs d’in­for­ma­tion et de consen­te­ment de la femme. En AUCUN CAS, il ne doit être fait sans infor­ma­tion préa­lable ni sans pré­ve­nir – ce qui est mal­heu­reu­se­ment très sou­vent le cas. Il doit impé­ra­ti­ve­ment être noté dans le dos­sier médi­cal, comme tout acte por­té sur la femme.

Ce n’est pas un geste ano­din ; ses risques sont com­plè­te­ment igno­rés trop sou­vent, voire niés :
- infec­tion por­té au coeur de l’u­té­rus
- faux tra­vails à répé­ti­tions pou­vant durer des jours (et nuits), épui­sant la future maman, et condui­sant très sou­vent à une esca­lade d’in­ter­ven­tions : toco­lyse, puis déclen­che­ment aux ocy­to­ciques
- induc­tion d’un tra­vail caho­tique, long, peu effi­cace, se ter­mi­nant trop sou­vent par une extrac­tion ins­tru­men­tale ou une césa­rienne

Le décol­le­ment peut aus­si ne pas être effi­cace, et n’in­duire que des contrac­tions dou­lou­reuses qui stoppent au bout d’un moment … cer­tains pra­ti­ciens opèrent deux, trois voire quatre décol­le­ments à suivre, sans suc­cès.

J’ai eu écho d’une pra­tique à pros­crire, écho don­né par des sages femmes qui refusent de témoi­gner publi­que­ment par crainte de rétor­sions – et parce qu’il est qua­si impos­sible de prou­ver leurs dires :
dépo­ser un quart ou un demi cachet de cyto­tec à l’en­trée de l’u­té­rus, au moment du décol­le­ment des mem­branes … évi­dem­ment sans aucune infor­ma­tion de la femme, ni demande de consen­te­ment, et sans trace dans le dos­sier médi­cal.
Cet acte est condam­nable au niveau déon­to­lo­gique et juri­dique, d’au­tant plus que le cyto­tec n’a pas reçu d’AMM pour le déclen­che­ment de l’ac­cou­che­ment et que le fabri­cant de cette molé­cule met for­mel­le­ment en garde contre cette uti­li­sa­tion.

LE DECLENCHEMENT PAR BALLONNET :

Pra­tique ancienne (XVIIIème siècle), bien avant l’u­ti­li­sa­tion des hor­mones de syn­thèses, qui consiste à intro­duire un bal­lon­net dégon­flé dans le vagin de la femme et de le gon­fler avec du sérum phy­sio­lo­gique sté­rile. Cette pra­tique est très peu men­tion­née dans les articles d’in­for­ma­tions et médi­caux sur le déclen­che­ment du tra­vail, pour­tant il sem­ble­rait qu’elle soit par­fois cou­ram­ment uti­li­sée dans cer­taines mater­ni­tés, ou quand il y a déci­sion de déclen­che­ment et que les hor­mones de syn­thèses sont à évi­ter.

Cer­taines femmes gardent un très mau­vais sou­ve­nir de ce geste.

| | Lec­ture uni­que­ment pour les non-membres.
 
   
 
 
  LE CIANE Ville de Chateauroux Conseil général de l'indre Région Centre Mutualite de l'indre