Suite à la révé­la­tion de l’affaire des bibe­rons toxiques dans un article paru le 17 novembre der­nier dans le Nouvel Observateur, le Ciane relaie l’inquiétude des usa­gers des mater­ni­tés.

Si le retrait rapide des lots incri­mi­nés par les auto­ri­tés sani­taires est salué, nous atten­dons une réponse forte des pou­voirs publics pour la sécu­ri­té des nom­breuses per­sonnes, usa­gères des mater­ni­tés concer­nées.

A l’instar du C2DS (Comité pour le déve­lop­pe­ment durable en san­té)*, le CIANE s’inquiète de l’utilisation, dans le cadre de l’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché), de l’oxyde d’éthylène pour la sté­ri­li­sa­tion des bibe­rons, mais aus­si du maté­riel médi­cal uti­li­sé notam­ment dans les mater­ni­tés et les ser­vices de néo­na­to­lo­gie. Nous deman­dons qu’une enquête exhaus­tive soit menée pour faire la lumière sur l’utilisation de cette tech­nique de sté­ri­li­sa­tion, que soit éta­blie clai­re­ment sa toxi­ci­té, que des solu­tions alter­na­tives soient étu­diées, et que des mesures d’interdictions fermes soient prises.

Cette affaire met par­ti­cu­liè­re­ment en lumière le manque d’accès aux
infor­ma­tions aux­quelles les usa­gers des mater­ni­tés se trouvent confron­tés.
Nous deman­dons de longue date la trans­pa­rence sur l’ac­cueil et les soins en
mater­ni­té. Nous sommes plus que jamais réso­lus à dénon­cer les pra­tiques
contraires à la sécu­ri­té et aux droits des patients, y com­pris des
pro­cé­dures médi­cales non conformes aux don­nées de la science et pra­ti­quées
sans infor­mer ni lais­ser le choix aux patientes.

*Pour plus d’informations : http://​www​.c2ds​.com/