Les sages-femmes ont déci­dé de se mettre en grève et de mani­fes­ter le 18 juin 2010 pour pro­tes­ter contre le blo­cage de leurs rému­né­ra­tions qui fait de leur pro­fes­sion la pro­fes­sion de san­té la
plus mal payée et a entraî­né une perte de pou­voir d’a­chat impor­tante depuis plu­sieurs années.

Nous avons besoin des sages-femmes pour suivre nos gros­sesses et nos accou­che­ments

Le Collectif inter­as­so­cia­tif autour de la nais­sance (CIANE) consi­dère qu’il est essen­tiel pour l’a­ve­nir de la péri­na­ta­li­té en France que la pro­fes­sion de sage-femme soit reva­lo­ri­sée sur tous
les plans, y com­pris sur le plan finan­cier. Il rap­pelle que ni la gros­sesse, ni l’ac­cou­che­ment ne sont assi­mi­lables à des mala­dies et que les sages-femmes sont les vraies spé­cia­listes de la
gros­sesse et de l’ac­cou­che­ment nor­maux. Dans un contexte où l’on com­mence à appré­hen­der les effets délé­tères d’une médi­ca­li­sa­tion exces­sive, les sages-femmes doivent être plus que jamais
pla­cées au coeur du sys­tème de soins en matière de péri­na­ta­li­té

Sages femmes mieux payées = des éco­no­mies + meilleure qua­li­té des soins !

Le CIANE attire l’at­ten­tion des pou­voirs publics sur le fait qu’une reva­lo­ri­sa­tion des hono­raires des sages-femmes libé­rales peut être para­doxa­le­ment source d’é­co­no­mies mas­sives : en effet, un
retour pré­coce des femmes à domi­cile après l’ac­cou­che­ment, accom­pa­gné d’un sui­vi par une sage-femme libé­rale (voire même de pres­ta­tions d’aide ména­gère), est sus­cep­tible de débou­cher sur ce
dont n’ose même pas rêver tout bon ges­tion­naire, à savoir une amé­lio­ra­tion de la qua­li­té du ser­vice ren­du assor­tie d’une éco­no­mie plus que sub­stan­tielle. Encore faut-il que les sages-femmes
puissent vivre décem­ment de cette acti­vi­té pour s’y enga­ger.

Le Ciane demande une diver­si­fi­ca­tion de l’offre de soins

Ce para­doxe de l’a­mé­lio­ra­tion des ser­vices de mater­ni­té asso­cié à une dimi­nu­tion des coûts est récur­rent dans les demandes du CIANE concer­nant la diver­si­fi­ca­tion de l’offre de soins,
par­ti­cu­liè­re­ment pour ce qui concerne la « filière phy­sio­lo­gique » : accès des sages-femmes libé­rales aux pla­teaux tech­niques des mater­ni­tés, pro­mo­tion de l’ac­com­pa­gne­ment glo­bal (une femme/une
sage-femme), créa­tion de véri­tables mai­sons de nais­sance et réponse ins­ti­tu­tion­nelle aux demandes d’ac­com­pa­gne­ment des accou­che­ments à domi­cile.

En consé­quence de tout ceci, le CIANE consi­dère donc que le mou­ve­ment des sages-femmes est com­plè­te­ment jus­ti­fié et appelle les pou­voirs publics à revoir leur poli­tique en la matière, pour le
béné­fice des sages-femmes, des femmes et de la socié­té toute entière.

Il appelle aus­si les asso­cia­tions d’u­sa­gers à sou­te­nir la mani­fes­ta­tion du 18 juin

Pour plus d’in­for­ma­tions : http://​ciane​.net/​Q​u​e​D​e​f​e​n​d​L​e​C​I​ANE
Appel à mobi­li­sa­tion : http://​www​.ans​fl​.org/​p​a​g​e​.​p​h​p​?​i​d​=94

__._,_.___