Les socié­tés savantes concer­nées par la san­té repro­duc­tive des femmes se sont expri­mées à diverses reprises par des mes­sages plu­tôt ras­su­rants pour les femmes et les couples. Reste à espé­rer que, sauf cir­cons­tances excep­tion­nelles le jus­ti­fiant, elles seront lar­ge­ment sui­vies.

Le CNGOF (Collège natio­nal des gyné­co­logues obs­té­tri­ciens fran­çais) pré­co­nise de pré­ser­ver la pré­sence de l’accompagnant(e) lors de l’ac­cou­che­ment, et indique un cer­tain nombre de pré­cau­tions à prendre.

Le CARO (Club Anesthésie-Réanimation en Obstétrique) assure que les anes­thé­sistes seront là pour les femmes qui en ont besoin, et informe du fait que beau­coup d’hô­pi­taux ont choi­si la télé­con­sul­ta­tion pour réa­li­ser la consul­ta­tion pré-anesthésique.

Le CNSF (Collège natio­nal des sages-femmes) réaf­firme l’im­por­tance de main­te­nir le droit à l’a­vor­te­ment pen­dant le confi­ne­ment.