La lettre de l’Inpes sur l’é­du­ca­tion des pro­fes­sion­nels de san­té était un canu­lar

Le 1er avril 2009 des per­sonnes, pro­fes­sion­nels de san­té, jour­na­listes et asso­cia­tions de patients pour la plu­part, ont reçu un mes­sage élec­tro­nique qui conte­nait une fausse lettre d’in­for­ma­tion, pré­ten­dant éma­ner de l’Institut de pré­ven­tion et d’é­du­ca­tion pour la san­té (INPES), et une pré­sen­ta­tion du Collectif inter­as­so­cia­tif autour de la nais­sance (CIANE). Le Ciane, des­ti­na­taire de ce mes­sage, l’a publié sur son blog, trou­vant tout à fait per­ti­nentes les ques­tions sou­le­vées par ce canu­lar.
L’INPES accuse le Ciane (qui n’y est pour rien)

Une per­sonne de l’INPES a joint les res­pon­sables du CIANE dans la jour­née du pre­mier avril pour leur deman­der d’une part de reti­rer ces infor­ma­tions du blog du Ciane (ce qui a été fait) et d’autre part, d’ar­rê­ter la dif­fu­sion des mes­sages et d’en­voyer un démen­ti et des excuses aux per­sonnes concer­nées. Le CIANE n’é­tant pas à l’or­gine de la dif­fu­sion, il ne peut rien faire. Les auteurs du canu­lar semblent avoir néan­moins eu le bon goût de ne pas pro­lon­ger la farce au delà du pre­mier avril.

D’autres applau­dissent le Ciane (qui n’y est pour rien)

Il est à noter que l’INPES n’est pas le seul à avoir cru que le canu­lar éma­nait du Ciane. Martin Wincker en a ren­du compte dans ces termes
Soignez votre méde­cin : ça lui fera du bien (et à vous aus­si). Un docu­ment pirate retrans­crit par Martin Winckler. Des incon­nus (se récla­mant du CIANE sans son accord) ont dif­fu­sé, ce 1er Avril, un faux docu­ment de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education à la Santé), rebap­ti­sé pour la cir­cons­tance Institut National pour la Prétention de l’Education à la Santé.
Il méri­te­rait de n’être pas du tout une farce car tout ce qu’il contient est très sérieux et, pour ma part, j’épouse abso­lu­ment ce dis­cours. Le voi­ci, je vous recom­mande de l’imprimer (le PDF est télé­char­geable à la fin du texte) et de le dis­tri­buer à tous les méde­cins. http://​mar​tin​win​ck​ler​.com/​a​r​t​i​c​l​e​.​p​h​p​3​?​i​d​_​a​r​t​i​c​l​e​=​944, Martin Winckler
Dominique Dupagne (atoute​.org), qui avait jus­te­ment édi­té, ce même pre­mier avril, un article-poisson sur le même thème, a rajou­té à la fin de son article le texte du pois­son du soi-disant-Ciane.
Le méde­cin, le malade et l’éducation thé­ra­peu­tique. Plaidoyer pour une évo­lu­tion indis­pen­sable à la rela­tion soignant-soigné. Résumé : La méde­cine actuelle fait face à de grands bou­le­ver­se­ments dans l’abord des malades chro­niques qui repré­sentent aujourd’hui, et de loin, la majo­ri­té des consul­ta­tions. Des nou­velles pra­tiques se mettent en place, notam­ment parce que ces mala­dies sug­gèrent nombre de chan­ge­ments de com­por­te­ments. L’éducation thé­ra­peu­tique pro­pose des pistes pour l’accompagnement du soin. Avec un patient impli­qué, il devient pos­sible de s’allier contre la mala­die. L’éducation thé­ra­peu­tique déve­loppe des com­pé­tences psycho-pédagogiques et un vrai par­te­na­riat dans une rela­tion qui se veut res­pec­tueuse de la per­sonne : une méde­cine huma­niste.(…) Dernière minute : Ce même 1er avril, un pois­son très proche a été pos­té, semble-t-il par une asso­cia­tion de patients. Ce docu­ment pré­ten­dait éma­ner de l’INPES (Institut National d’Education pour la Santé). http://​www​.atoute​.org/​n​/​a​r​t​i​c​l​e​1​2​1​.​h​tml, Dominique Dupagne

En 2008, un canu­lar ajus­tait les taux objec­tifs d’é­pi­sio­to­mie du Collège des gynécologues-obstétriciens à 3%, au lieu des 30% réel­le­ment « recom­man­dés ».
Ce pre­mier avril 2008, le Ciane avait reçu une fausse lettre éma­nant soi disant du Collège natio­nal des gyné­co­logues obs­té­tri­ciens fran­çais (CNGOF). Cette lettre était (faus­se­ment) signée du pré­sident du groupe de tra­vail du CNGOF qui a, en 2005, publié des recom­man­da­tions de pra­tiques cli­niques sur l’é­pi­sio­to­mie et dans les­quelles un taux le 30% d’é­pi­sio­to­mies était rete­nu. Le pois­son de 2008 visait à faire croire que le CNGOF recon­nais­sait avoir fait une faute de frappe dans ses conclu­sions, et qu’il fal­lait lire l’ob­jec­tif de 3% d’é­pi­sio­to­mies. Le Ciane avait bien sûr trou­vé cette blague tout à fait per­ti­nente, le taux pré­co­ni­sé par le CNGOF n’é­tant basé sur aucune don­née et en contra­dic­tion avec les chiffres atteints dans cer­tains pays.
Fin 2008, le CHU de Besançon annonce 3,4% d’é­pi­sio­to­mies

La farce de 2008 n’é­tait pas inno­cente : on a appris fin quelques mois plus tard que le CHU de Besançon, qui annon­çait un taux d’é­pi­sio­to­mies déjà en des­sous des 30% en 2003, est des­cen­du à 3,4% en 2007, incluant les extrac­tions ins­tru­men­tales, sans aug­men­ta­tion des déchi­rures graves.
Références
  • Riethmuller D. Épisiotomie et extrac­tion ins­tru­men­tale : la mise à mort des RPC du CNGOF ? À pro­pos de l’ar­ticle Mediolateral epi­sio­to­my reduces the risk for anal sphinc­ter inju­ry during ope­ra­tive vagi­nal deli­ve­ry. BJOG 2008;115:104 – 8. J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) (2008), doi:10.1016/j.jgyn.2008.10.007
  • Evaluation de la pra­tique d’une poli­tique d’é­pi­sio­to­mie res­tric­tive, A.Eckman et coll, pré­sen­ta­tion. http://​www​.chu​-besan​con​.fr/​s​m​f​c​/​s​e​p​2​0​0​8​/08 – 09-07.pdf
Et si les grandes évo­lu­tions venaient des petits pois­sons ?