De plus en plus, on entend par­ler du pro­gramme PRADO en cours de mise en place dans plu­sieurs dépar­te­ments. Une cer­taine confu­sion semble régner sur ce pro­gramme, notam­ment parce qu’il est par­fois asso­cié à l’idée de “retour pré­coce à la mai­son”.

Nous avons essayé d’y voir plus clair ; voi­ci ce qui en res­sort, sachant que ce dis­po­si­tif est peut‐être appe­lé à évo­luer et qu’il fau­dra alors revoir cette des­crip­tion.

Qu’est-ce que le PRADO ?

PRADO = PRogramme d’Accom­pa­gne­ment du retour à DOmicile des patients hos­pi­ta­li­sés.

Ce qui nous inté­resse ici est le volet du PRADO concer­nant la mater­ni­té.

Le Prado offre la pos­si­bi­li­té aux femmes de béné­fi­cier, dans les pre­miers jours après leur retour à la mai­son, de visites à domi­cile – en prin­cipe deux – d’une sage‐femme libé­rale. Lors de ces visites, la sage‐femme s’occupe aus­si bien du nouveau‐né que de la mère et ce, sur tous les plans.

Est‐ce réservé aux sorties précoces ?

La HAS défi­nit le retour pré­coce comme un retour inter­ve­nant :

  • entre J0 (jour de l’accouchement) et J+2 pour un accou­che­ment par voie basse (voie natu­relle)
  • entre J0 et J+4 pour un accou­che­ment par césa­rienne.

Le Prado N’EST PAS réser­vé aux sor­ties pré­coces, et concerne notam­ment les femmes qui sortent à J+3 après un accou­che­ment par voie basse.

CEPENDANT, bien que ce ne soit pas expli­cite dans la bro­chure dif­fu­sée par les caisses d’assurance mala­die, l’objectif est de réduire la durée moyenne de séjour en offrant un accom­pa­gne­ment à domi­cile, d’où le rôle dévo­lu à l’équipe médi­cale dans la déter­mi­na­tion des femmes qui peuvent en béné­fi­cier.

Brochure Ameli sur le suivi à domicile après accouchement

Brochure Ameli sur le sui­vi à domi­cile après accou­che­ment (2012)

En effet, les chiffres de 2007 indiquent que la durée moyenne de séjour est de 4,4 jours en France contre 3,2 jours en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Comment cela se passe‐t‐il ?

L’équipe médi­cale déter­mine l’éligibilité de la femme au dis­po­si­tif en fonc­tion de cri­tères médi­caux et trans­met le dos­sier à la conseillère de l’assurance mala­die.

Celle‐ci rend visite à la femme le len­de­main de la nais­sance, lui pro­pose de choi­sir une sage‐femme dans une liste, et orga­nise la pre­mière visite.

Quelle place pour la femme dans la décision ?

  • Une femme peut à tout moment se reti­rer du pro­gramme.
  • En revanche, il n’est men­tion­né nulle part qu’elle puisse prendre l’initiative de deman­der à béné­fi­cier du pro­gramme : la date de sor­tie est déter­mi­née par l’équipe.

Références