• Pour certaines personnes, échanger avec d’autres parents et trouver un soutien moral auprès d’une association permettra de surmonter l’expérience difficile.
  • D’autres personnes (aussi bien hommes que femmes) peuvent avoir besoin d’un suivi psychologique avec un professionnel.
  • Une expérience difficile liée à la grossesse ou à l’accouchement peut être un facteur de dépression du post-partum. Épuisement permanent, anxiété, irritabilité, découragement, pleurs, culpabilité, perte de confiance en soi sont des signes d’alerte à ne pas négliger.
  • Dans les cas les plus extrêmes, certaines femmes souffrent de stress post-traumatique après un accouchement mal vécu. Le stress post-traumatique se manifeste par une persistance envahissante des souvenirs traumatiques : pleurs, cauchemars, flashbacks, angoisses diurnes et nocturnes, insomnies, comportement d’évitement…