Télécharger ce communiqué  : CP-CIANE-HPP-indicateur-14Jan2013 (format pdf)

La Haute Autorité de santé (HAS) a publié (1) les résultats des maternités françaises sur le respect des mesures pour prévenir l’hémorragie du post-partum, première cause de décès maternels. Les indicateurs concernent d’une part la prévention, d’autre part la réaction en cas d’hémorragie. Les résultats de la deuxième campagne de recueil (2013) seront accessibles au public, maternité par maternité (2)

Cette démarche est importante. Le recueil d’informations sur les pratiques réelles dans chaque maternité doit permettre à chaque établissement d’améliorer la sécurité des soins, et sa mise à disposition au public répond au besoin d’information des patients.

Les indicateurs ne tiennent pas compte des dernières données de la recherche

Les indicateurs de prévention des hémorragies portent uniquement sur la gestion de la délivrance et sur la surveillance. La gestion de la délivrance consiste notamment en une l’injection d’ocytocine au moment de la sortie du bébé ou dans les minutes qui suivent. Ces indicateurs ont été développés dans le cadre du projet de recherche COMPAQHPST, qui s’est appuyé sur les recommandations de bonnes pratiques élaborées en 2004 par le Collège national des gynécologues obstétriciens français (CNGOF) et labellisées par la HAS.

Or, depuis 2004, la recherche a progressé. En 2011, une équipe de l’INSERM a montré que l’administration d’ocytocine pendant le travail est un facteur de risque indépendant pour les hémorragies graves ; l’aggravation du risque dépend du dosage et peut être multiplié par 5 dans le cas de dosages importants (3).
L’administration d’ocytocine concerne en France près de 58% des accouchements non déclenchés, en l’absence d’indications spécifiques et bien souvent d’information et de consentement des femmes (4).

Pour permettre une évolution des pratiques des maternités, il faut mettre à jour les indicateurs

En tant que représentants de patients, nous ne pouvons pas accepter que des interventions non justifiées pendant l’accouchement provoquent des accidents graves, même si la plupart du temps d’autres mesures médicales (pharmacologiques, chirurgicales…) parviennent à éviter la catastrophe insupportable qu’est un décès maternel.

Il est pour nous tout à fait regrettable que les indicateurs nationaux déployés par la HAS n’encouragent pas les maternités à faire de la prévention en amont, simplement en évitant ou en modérant l’administration d’ocytocine pendant le travail.

C’est la raison pour laquelle nous demandons aux autorités de santé de revoir les recommandations de pratique professionnelle sur la prévention de l’hémorragie post-partum et d’élaborer en parallèle des indicateurs qui intègrent ces nouvelles données de la science et incitent à un comportement adapté des professionnels.

En particulier, nous souhaitons connaître les intentions du service des recommandations de bonnes pratiques de la HAS sur la révision des recommandations hémorragies post-partum (5) ; du groupe COMPAQ-HPST, sur la révision des indicateurs ; du groupe IPAQSS de l’HAS sur les lacunes des indicateurs publiés actuellement.

Références
(1) Indicateurs de qualité Prévention et prise en charge initiale des hémorragies du post-partum immédiat – Analyse descriptive des résultats agrégés de la première campagne de recueil – Novembre 2012 http://has-sante.fr
(2) Sur la base Platine http://www.platines.sante.gouv.fr/
(3) Oxytocin during labour and risk of severe postpartum haemorrhage: a population-based, cohort nested case–control study. Belghiti J et coll. BMJ Open 2011;1:e000514 doi:10.1136/bmjopen-2011-000514 http://dx.doi.org/10.1136/bmjopen-2011-000514
(4) Déclenchement et accélération du travail : information et consentement à revoir ! http://ciane.net/blog/wp-content/uploads/2012/05/CPResultatsEnquete.pdf
(5) Le Ciane a déposé un dossier auprès de la HAS sur la révision de ces recommandations, en juin 2012 http://ciane.net/wiki/uploads/Ciane/SaisieHAS-HPP-2012_06_12-public.pdf